Biographie

BIOGRAPHIE

Je suis né à Rio de Janeiro de mère Française et de père uruguayen et j’ai fait mes études en français et en portugais.
A 14 ans je perds mon père et en 1947 je pars à Paris. J’entre à l’Ecole d’Architecture des Beaux Arts où je rencontre l’architecte américain Jules Gregory, boursier pendant six mois du Gouvernement Français, dont la forte personnalité impressionna le jeune « nouveau » que j’étais. Il me prit sous son aile et me fit découvrir ce qu’était l’esprit de création.

En 1956, je retourne au Brésil. Je loue une chambre dans une maison à Santa Teresa, un des quartiers de Rio où, comme la plupart des artistes de ma génération je cherche à égaler Picasso. Ces efforts se soldent par un échec et un état dépressif qui me semblait sans issue.

En désespoir de cause et par hasard, je dessine un visage d’après la photo d’un magazine. Ce geste est déterminant pour la suite de mon travail. Il me fait prendre conscience, à une époque où la représentation de la réalité était bannie, de l’Importance capitale qu’avait pour moi le dessin de la figure humaine.

En 1957, je réalise ma première oeuvre figurative: un autoportrait à l’huile. Ce travail libère mes énergies, je fais de la natation, du yoga et des haltères.

Premières eaux-fortes (autoportraits, nature mortes et constructions) en 1960.

Mon besoin obsessionnel d’humain était aussi obscène que les ébats de Jeff Koons  avec la Ciciolina. L’affectif refoulé de partout, éclate également chez de nombreux artistes avec des oeuvres telles que les portraits de Valérie Bélin ou le théâtre de Jan Fabre.

La représentation de l’humain apporte la force, mais cette force n’aurait pas d’objet sans le concept de création, contre pouvoir qui permet d’exprimer dans l’art les forces bridées de l’animal humain.

En 1961, je pars  à NewYork avec ma première femme et mon fils, âgé de quelques mois. Le jour je travaille pour des architectes, le soir je grave des eaux-fortes.

En 1964, Madame Dora Vasconcellos, Consul du Brésil à New York, me présente à Armando Zegri, Directeur de la Galerie Sudamericana, qui m’invite à y exposer mes gravures.

Cette exposition est bien accueillie par la critique et des oeuvres sont acquises par le Metropolitan Museum of Art et par le Museum of Modern Art (MOMA) de New York.

Je participe à plusieurs expositions aux USA. Le Print Club de Philadelphie m’invite à exposer avec le graveur Matt Philips.

En  1967, je retourne au Brésil.

Premiers Bois Peints. Expositions particulières à Rio aux galeries A.R. Hayatt, Quadro et G-4 de l’Architecte Sergio Bernardes.

Cette même année, je fais la connaissance à Sao Paulo, du peintre Wesley Duke Lee. Wesley m’invite à faire partie du « Groupe Rex » qu’il avait créé avec des artistes brésiliens d’Avant Garde. Il me présente à Pietro Maria Bardi, Directeur Fondateur du « Museu de Arte » (MASP) de Sao Paulo, le plus important musée d’Amérique Latine.

Bardi était un historien de l’Art et il avait préfacé une des dernières expositions de Morandi. Bardi m’invite à exposer mes gravures au Musée.

Fin 1967, je reviens en France et m’installe à Paris. Je grave pendant deux ans avec Jacques Frélaut aux Ateliers Lacourière.

1971, gravures acquises par la Bibliothèque Nationale (Collection des Estampes).

1973,  Prix d’Acquisition, Concours International Rank Xerox de la Gravure, Maison des Arts, Paris.

1975, exposition particulière d’eaux-fortes au Museu de Arte (MASP) de Sao Paulo.

1977, premiers Aciers Peints.

Gravures acquises par The School of Arts and Crafts, Oakland, Californie.

1980, Multiple acquis par le Musée de Saint-Dié des Vosges.

1982, Acier Peint acquis par le Fonds National d’Art Contemporain.

1984, Oeuvre sélectionnée par le Comité de la Biénnale, VIe Biénnale Internationale de la Gravure, North Miami Museum, USA.

1987, Féérie Cinétique, Maison de l’Amérique Latine, Monaco.

1988, Galerie Bernardi, Aix la Chapelle

Galerie Hohman, Cologne.

A partir de 1990, je m’affranchis de l’angle et de la droite et opte pour un langage aléatoire, proche du graffiti.

2004, Multiple acquis par le Musée MADI, Ceará, Brésil.

2005, Exposition d’Aciers Peints avec le sculpteur brésilien, Jaildo Marinho, à la galerie Marino, Paris.

2006, IX Salon de Massy-Palaiseaux (invité d’honneur)

2008, « Sculpture-Architecture », galerie Michelle Broutta.

2011, Salon de Saint-Cyr-L’Ecole, Prix du Juri (Président: Maître Cornette de Saint Cyr).

2012, « Born To Be Alive – I Tell You Must Die », Factory Art Gallery, Berlin

2013, « Les Imagiers de l’Imaginaire », Musée de Carcassonne.

Pour conclure, je dirai que j’éprouve le besoin d’opposer à la réalité urbaine dans laquelle je vis celle de la nature. J’y puise la force et le plaisir, sans cesse renouvelés, d’entreprendre.